Remorque vélo motrice

Ce nouveau concept qui apparaît ce jour, cherche à offrir aux cyclistes "épisodiques", déjà séduits par l'assistance électrique mais qui, comme moi, reprocheraient les limites de puissance, l'autonomie limitée du véhicule, un apport énergétique au véhicule une fois lancé.

Une remorque mono-roue, équipée de part et d'autre de deux turbines  alimentées en air par le déplacement du vélo, transmettent leur mouvement via un galet à la roue.

Un carénage en bio-plastique canalise l'air pour "forcer" l'admission et l'échappement.. Les turbines sont conçues pour avoir un fort effet gyroscopique, un maître-couple de qualité. Les turbines sont, de plus, montées sur un axe longitudinal de façon à pouvoir s'écarter légèrement comme deux ailes d'oiseau.

Pourquoi? En agissant ainsi, les turbines resteront en mouvement à l'arrêt du vélo, prêtes à entraîner la remorque au redémarrage à la manière d'un volant d'inertie.

Pour relever les "ailes", un simple câble de frein raccordé à une seconde poignée de frein permettra le mouvement depuis le guidon.

Les croquis sont en cours...

A suivre!

 

Ceci est une capture grossière avec un téléphone!!! On dirait une théière mais il s'agit bien d'une remorque, le "bec" était une partie de la barre d'attache... le tuyau +ou- au milieu est un échappement "forcé", l'arrière est creusé pour créer un effet Coanda.

Petites choses non visibles, l'entrée d'air est en trois parties, appelées à évoluer, pour jouer sur les flux d'air générés par la prise de vitesse, et, ainsi, travailler par étapes. D'abord, accumulation d'un gros volume d'air pour un effet de couple, la densité faisant du vecteur air une source d'énergie, puis, montée en régime de la turbine en combinant ceci avec une notion de volant d'inertie de l'ensemble mobile.

La sortie d'air latérale est prévue pour que l'air exerce sa pression sur un parcours le plus long possible, améliorant ainsi d'autant le rendement. Il est prévu un jeu de clapets à résistances différentes pour n'intervenir qu'à des niveaux de pressions précis, tant pour éviter tout risque de rupture structurelle que de perte de puissance aux étapes intermédiaires.

La perche de fixation est au-dessus de la remorque pour limiter les masques aérodynamiques.

Le premier croquis est le plus compact possible pour offrir la possibilité d'un allongement ultérieur pour plus de stabilité si nécessaire. Mais, définir d'entrée une remorque longue peut nuire, tant au niveau de l'encombrement que sur le phénomène de vent latéral source de "guidonnages"... 

Il aurait pu être envisagé une adaptation de ce concept à une pose sur la fourche comme sur les Solex ou à l'arrière, façon coffre de scooter, seulement, cela aura deux conséquences: élévation notable du centre de gravité et perte de stabilité en ligne de l'alignement de trois roues sur un axe longitudinal.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×